Le secret le mieux gardé de l’enfer

Merci de prendre le temps de lire ce message :

A la fin des années 70, alors que je voyageais, j’ai découvert avec horreur des statistiques sur la croissance de l’Eglise : 80 à 90 % des gens qui prennent une décision pour Christ s’éloignent de la foi. C’est l’évangélisation moderne avec ces méthodes qui crée ces 80 à 90 % (des gens qu’on appelle communément des rétrogrades).

Par exemple, pour que ce soit plus réel pour vous, en 1991, la première année de la décennie, Harvest, une dénomination majeure aux Etats Unis (avec plus de 11.500 églises) a pu obtenir 294.000 décisions pour Christ. Et ceci s’est fait en une année. Malheureusement, ils n’ont retrouvé que 14.000 personnes ayant intégré une église. Cela veut dire qu’ils n’ont pas pu rendre compte de 280.000 personnes ; ce sont des résultats communs de nos jours !

Il y a une chose que j’ai découverte à la fin des années 70 et qui m’a vraiment tracassé. J’ai commencé à étudier l’épître aux Romains et surtout la façon de prêcher des gens comme Wesley, Moody, Finney, Spurgeon, Whitefield, des hommes que Dieu a utilisé puissamment à travers les siècles, et j’ai découvert que Dieu utilisait un principe totalement négligé dans l’évangélisation moderne d’aujourd’hui. J’ai commencé à enseigner ce principe et en particulier j’ai été appelé au ministère au sud de la Californie dans la ville de Belflower spécialement pour partager cet enseignement à travers les églises des Etats Unis.

Les choses étaient calmes pendant les trois premières années, jusqu’à ce que Bill Got m’appelle après avoir vu mon enseignement sur une cassette vidéo. Il m’a appelé pour que je prêche devant 1000 pasteurs. Et en 1992, il a diffusé cet enseignement sur un écran devant 30.000 pasteurs. Cette même année, David Wilkerson écoutait l’enseignement dans sa voiture, il m’a appelé de son téléphone dans la voiture ; le soir même il m’a fait voyager 5000 km de Los Angeles à New York pour que je partage cet enseignement avec son église, tant il considérait cet enseignement important. J’ai récemment entendu parler d’un pasteur qui a écouté la cassette 250 fois.

Je serais ravi si vous lisiez au moins une fois cet enseignement, qui s’intitule : Le Secret de l’Enfer le Mieux Gardé !

(Note Du Traducteur : sauf indication particulière, tous les versets sont pris de la Bible Segond Révisée, 1978 ou 1979).

La Bible dit dans le Psaume 19.8 : La loi de l’Eternel est parfaite, elle restaure l’âme.
Qu’est-ce que la Bible dit qui est parfait pour restaurer ou convertir l’âme ? Elle est très claire à ce niveau. Elle dit : la loi de l’Eternel est parfaite. Pour illustrer le fonctionnement de la loi de Dieu, regardons un moment la loi civile.

Imaginez, si je vous disais que j’ai vraiment une très bonne nouvelle pour vous, que quelqu’un vient juste de payer votre amende de 25.000 € pour excès de vitesse. Vous réagiriez sûrement en disant : « Mais de quoi parlez-vous ? Ce n’est pas une bonne nouvelle ; çà n’a pas de sens ! Je n’ai aucune amende à payer, moi ». La bonne nouvelle ne serait pas une bonne nouvelle pour vous. Cela serait une pure folie. Plus que cela, ce serait vraiment offensant pour vous car j’insinuerais que vous avez violé la loi, alors que vous pensiez n’avoir rien fait de mal.

Cependant, si je parle de cette façon cela aura peut-être plus de sens. En venant à cette réunion un radar vous a pris en flagrant délit de vitesse dans une zone aménagée pour une convention d’enfants aveugles et vous avez roulé à 90 km/h. Il y avait une dizaine de panneaux qui signalaient la limitation de vitesse à 30 km/h. Mais vous avez roulé à une grande vitesse atteignant presque les 100 km/h. Ce que vous avez fait était extrêmement dangereux. Cela mérite une amende de 25.000 €. Juste avant que la sentence tombe, vous apprenez que quelqu’un est venu à votre secours et a payé l’amende à votre place. Vous êtes vraiment chanceux.

Comprenez-vous que lorsqu’on expose à la personne, en premier, les choses mauvaises qu’elle a faites, alors seulement la bonne nouvelle aura un sens ? Mais, si je ne lui démontre pas qu’elle a violé la loi, alors, cette bonne nouvelle sera une pure folie, ce sera offensant pour elle. Quand elle comprend qu’elle a violé la loi, alors la bonne nouvelle sera vraiment une bonne nouvelle. De la même façon si j’approche un pécheur impénitent et je lui dis : Jésus est mort sur la croix pour tes péchés, ce sera de la folie pour lui, ce sera offensant pour lui. Une folie parce que cela n’aura aucun sens pour lui ; la Bible dit en 1 Corinthiens 1.18 : La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent. Offensant parce qu’au fond j’insinue qu’il est pécheur alors qu’il pense, qu’en ce qui le concerne, il y a une multitude de gens bien plus mauvais que lui. Mais si je prends le temps de suivre les pas de Jésus, cela aura peut-être plus de sens.

Et si je prends le temps d’ouvrir la loi divine, les dix commandements et que je montre au pécheur précisément ce qu’il a fait de mauvais, qu’il a offensé Dieu en violant sa loi, alors il sera comme Jacques dit : un transgresseur de la loi (Jac 2.11). Alors la bonne nouvelle ne sera plus une offense, une folie, mais elle sera la puissance de Dieu pour le salut de tous .

Romains 3.19 : Hors nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.

Ainsi, une fonction de la loi de Dieu est de fermer leur bouche, de les empêcher de se justifier : « Oh ! Il y a des personnes pires que moi tout autour, je ne suis pas une si mauvaise personne, voyons. » Non, elle ferme la bouche de ceux qui cherchent à se justifier. Et, laisse le monde entier, pas seulement les juifs, coupables devant Dieu.

Romains 3. 20 : Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.
La loi de Dieu nous dit ce qu’est le péché : Le péché, c’est la transgression de la loi.(1 Jean 3.4)
Romains 7.7 : Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Certes non ! Mais, je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait pas dit : Tu ne convoiteras pas.
Galates 3.24 : Ainsi la loi a été un précepteur pour nous conduire à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi.

La loi devrait être comme un maître d’école pour nous amener à Jésus-Christ pour être justifié par Son sang. La loi ne nous aide pas ; elle nous laisse sans espoir. Elle ne nous justifie pas ; elle nous laisse seulement coupable, devant le saint trône de Dieu. Mais ce qui est tragique, c’est qu’au début du siècle dernier, l’évanglisation moderne a laissé de côté la loi qui permet d’attirer les pécheurs à Christ. L’Eglise moderne a dû trouver une autre façon d’intéresser les gens à la Bonne Nouvelle. Elle a utilisé des sujets touchant à l’amélioration de la vie. L’évangile a dégénéré en : « Jésus Christ veut te donner la joie, la paix, la plénitude et un bonheur durable ».

Pour illustrer le côté non biblique de cet enseignement très populaire aujourd’hui, je voudrais que vous lisiez très attentivement l’anecdote suivante. Parce que cet exemple est très important pour vous faire comprendre ce que je vais vous démontrer.

Deux hommes sont assis dans un avion. On donne au premier un parachute en lui disant qu’il faut qu’il le mette pour améliorer son vol. Il est très sceptique premièrement parce qu’il ne peut pas comprendre pourquoi un parachute va améliorer son vol. Au bout d’un moment, il décide de tester la chose pour savoir si cette déclaration est vraie. Alors qu’il met le parachute, il remarque le poids sur ses épaules et qu’il a du mal à s’asseoir bien droit. Cependant, il se console du fait qu’on lui a promis que le parachute va améliorer son vol. Alors il décide de donner un peu de temps à la chose.

Alors qu’il attend, il remarque que les passagers tout autour rient parce qu’il porte un parachute dans un avion. Il commence à se sentir humilié, parce qu’ils se moquent de lui ; il ne peut plus supporter cela plus longtemps. Il se lève, il enlève sa ceinture, il enlève le parachute et le jette par terre. Le désillusionnement et l’amertume remplient son cœur car on lui a dit un mensonge.

On donne un parachute à la deuxième personne. Mais écoutez bien la différence. Ecoutez, bien ce qu’on lui dit. On lui dit de le mettre, car à n’importe quel moment il pourrait avoir à sauter hors de l’avion à 8000 m d’altitude. Avec remerciements, il s’empresse de mettre le parachute. Il ne remarque pas du tout le poids sur ses épaules. Il ne remarque même pas qu’il ne peut pas s’asseoir droit. Ses pensées sont focalisées sur ce qui pourrait arriver s’il sautait sans parachute. Analysons les motifs et le résultat de l’expérience de chacun de ces deux passagers.

Le motif de la première personne pour mettre le parachute était seulement pour améliorer son vol. Le résultat de cela, c’est qu’il a été humilié par les autres passagers. Il s’en est trouvé désillusionné et même rendu un peu amer envers ceux qui lui ont donné un parachute. Il pense qu’on lui a menti et cela lui prendra beaucoup de temps avant qu’il réessaie un de ces parachutes.

La seconde personne a mis le parachute seulement pour éviter le désastre du saut à venir. Et à cause de la connaissance de ce qui aurait pu se passer sans ce parachute, il a vraiment une joie enracinée dans son cœur et une telle paix sachant qu’il a évité une mort certaine. Son attitude envers ceux qui lui ont donné ce parachute est une gratitude sans bornes.

Maintenant, écoutez ce que dit l’évangile moderne : « Venez au Seigneur Jésus-Christ. Il vous donnera la paix, la joie, le bonheur et l’accomplissement. » D’une certaine manière il va « améliorer votre vol ». Alors, le pécheur répond avec une approche expérimentale pour savoir si les déclarations sont vraies. Qu’est-ce qu’il obtient ? Les tentations, les tribulations, les persécutions que l’écriture promet. Les autres passagers se moquent de lui. Alors qu’est-ce qu’il fait, il se débarrasse du Seigneur Jésus Christ. Il est offensé, désillusionné et surtout très amer. On lui a promis la paix, la joie, l’accomplissement mais tous ce qu’il a eu ont été des épreuves et l’humiliation. Son amertume est dirigée envers ceux qui lui ont promis la soi-disant bonne nouvelle. Son dernier état est pire que celui d’avant. Un de plus avec l’amertume inoculée en lui et rétrograde dans la foi…

Au lieu de dire aux passagers que Jésus-Christ peut « améliorer leur vol », nous devrions plutôt les avertir du saut hors de l’avion qu’ils vont devoir faire. Hébreux 9.27 : Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. Et quand le pécheur comprend les conséquences horribles d‘avoir brisé la loi de Dieu, alors ils courront à Jésus seulement pour échappé à la colère de Dieu qui est à venir (Matthieu 3.7, Jean 3.36). Et si nous sommes de vrais et fidèles témoins, nous prêchons que Dieu annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice… (Actes 17.31).

Vous voyez que ce n’est pas un problème de bonheur mais de justice, de droiture. Peu importe quel bonheur donne le péché, à quel point le pécheur jouit du bonheur du péché pour une saison, sans la justice de Christ, il va périr lors du jour de la colère. Proverbes 11.4 : ‘Au jour de la colère, la richesse ne sert à rien; Mais la justice délivre de la mort.’ La paix et la joie sont des fruits légitimes de la conversion. Mais il n’est pas légitime d’utiliser ces mêmes fruits pour attirer les gens à une conversion. Si nous continuons à faire ainsi, les pécheurs vont répondre avec des motifs impurs manquant la repentance.

Avez-vous deviné pourquoi le second passager avait la joie et la paix dans son cœur ? Parce qu’il savait que ce parachute allait le sauver d’une mort certaine. Et en tant que croyant, j’ai comme Paul dit ‘joie et paix en croyant’, parce que je sais que la justice de Christ va me délivrer de la colère à venir.

Avec cette pensée en tête, regardons de très près une scène dans l’avion. Nous avons une toute nouvelle hôtesse de l’air. Elle porte avec elle un plateau de café bouillant. Son premier jour de travail doit faire très bonne impression. Alors qu’elle s’approche de notre second passager, elle butte dans le pied de quelqu’un et renverse le café brûlant sur ce second passager.

Quelle va être la réaction de notre second passager ? Est-ce qu’il se lève en sursaut pour crier « Aïe ! » ? Oui ! Parce qu’il a mal. Mais est-ce qu’il se lève pour se débarrasser de son parachute ? Non ! Pourquoi ferait-il cela ? Il n’a pas mis le parachute pour améliorer son vol, mais juste pour survivre lors du saut à venir. On pourrait même dire que cet incident le pousse à nettoyer son parachute et même lui donne envie de sauter au plus tôt.

Si vous et moi nous revêtons le Seigneur Jésus pour le bon motif, pour échapper à la colère à venir, quand les tribulations arriveront et quand le vol aura des secousses, on ne va pas s’énerver contre Dieu. Nous n’allons pas perdre notre joie et notre paix. Nous n’étions pas venus à Jésus pour un style de vie meilleur, mais principalement pour échapper à une colère à venir. Même les tribulations amènent le vrai croyant plus près du Seigneur. Malheureusement, nous avons une multitude de gens qui se disent chrétiens, et qui perdent leur joie et paix quand il y a des secousses sur le vol. Pourquoi ? C’est le produit d’un évangile centré sur l’homme. Ils viennent sans la repentance, sans laquelle nul ne peut être sauvé ! (voir Luc 13:3)

J’ai été récemment en Australie pour exercer mon ministère. L’Australie est une petite île sur la côte de la Nouvelle Zélande J. J’ai prêché le péché, la loi, la droiture, le jugement, la sainteté, la repentance et l’enfer. Je n’ai pas été émerveillé par le nombre de gens qui ont voulu ‘donner leur cœur à Jésus’. Il faut même dire qu’il y avait de la tension dans l’air.
A la fin de la réunion on me dit qu’il y a quelqu’un à l’arrière, un jeune qui voudrait donner sa vie à Jésus. J’y ai trouvé un adolescent qui ne pouvait pas prier la prière de repentance car il pleurait si profondément. Pour moi c’était si rafraîchissant, parce que pendant plusieurs années, je souffrais de la maladie de la ‘frustration évangélique’. Je désirais tellement voir des gens sauvés que je prêchais sans le savoir, un évangile centré sur l’homme, message dont l’essence était : « Tu ne va jamais trouver la vraie paix sans Jésus Christ parce que tu as un vide dans ton cœur que seul Jésus peut remplir. » J’ai prêché Christ crucifié, la repentance, je faisais un appel à la fin et quand j’ouvrais un œil, je voyais des pécheurs venir. Et je me disais : « Oh ! Non ! Il y a 90 % de chance pour que cette personne devienne un rétrograde et j’en ai marre de faire des rétrogrades ! Je vais m’assurer de ce que veut ce gars ; il a intérêt à être sincère ! » Je m’approche de lui, avec cet esprit d’inquisiteur et je lui demande :
- Qu’est ce que tu veux ?
Et il me dit :
- Je veux devenir un chrétien.
Et, je lui demande :
- Tu es sûr ?
alors , moi :
TU ES VRAIMENT SUR ?
Il me dit :
- Oui, j’ai compris.
- Alors, je vais prier avec toi. Il faut vraiment que tu sois sûr dans ton cœur.
- Okay,Okay
- Répète cette prière après moi, sincèrement et tu dois sentir cela dans ton cœur sincèrement…et tu dois penser sincèrement ce que tu dis !!! JJ
- Cher Dieu, je suis un pécheur !!!
- Cher Dieu, je suis un pécheur…
Et, je me demandais :
« Mais qu’est-ce qui se passe ? » Pourquoi il n’y a pas de conviction dans sa voix ? Pourquoi cette personne ne montre pas à l’extérieur ce qui se passe à l’intérieur ? En examinant bien la situation, cette personne était vraiment à 100 % sincère, il voulait prendre une décision de tout son coeur. Cette personne voulait faire un essai à Jésus. Il avait déjà essayé le sexe, la drogue, l’alcool qui ne lui avait pas vraiment donné de satisfaction totale.
Alors il a voulu essayer ce Jésus de qui on dit : « il va apporter la paix, la joie, la plénitude, etc. » Il ne voulait pas échapper à la colère de Dieu à venir parce que je ne lui avais jamais dit qu’il y avait une colère à venir. Il n’était pas brisé, contrit, parce cette pauvre personne ne savait pas ce qu’était le péché. Je ne lui avais pas dis…

Rappelez-vous de ce que Paul à dit dans Romains 7. 7 : Je n’ai connu le péché que par la loi.

Comment quelqu’un peut se repentir, s’il ne sait pas ce qu’est le péché ? Il pratique alors ce j’appelle une « repentance horizontale ». Il vient parce qu’il a volé l’homme. Il a menti contre l’homme. Mais quand David a péché contre Bath-Chéba, il l’avait convoité (10ème des 10 commandements). Il a ainsi volé la femme de son voisin (8ème commandements). Il a commis l’adultère (7ème commandements). Il a commis un meurtre (6ème commandements). Il a déshonoré ses parents (5ème commandements) etc. Il avait brisé tous les 10 commandements. Il n’a pas dit : « J’ai péché contre l’homme ! » mais « J’ai péché contre l’Eternel !» (2 Samuel 12.13)

Quand Joseph a été tenté sexuellement, il a dit : comment puis-je faire cela et pécher contre Dieu ? » Le fils prodigue a dit : J’ai péché contre le ciel. Paul prêchait la repentance envers Dieu et la bible dit que : La tristesse selon Dieu produit une repentance (qui mène) au salut et que l’on ne regrette pas, tandis que la tristesse du monde produit la mort (2 Corinthiens 7.10). Si un homme ne comprend pas que la repentance est premièrement verticale alors il va avoir une repentance superficielle, expérimentale et horizontale et s’éloigner de la foi quand viendront les tribulations, les tests, les épreuves et les tentations.

A.B. Earl a dit : J’ai remarqué après une longue expérience que les sévères menaces de la loi de Dieu ont une place pré-éminente pour amener les gens à Christ. Ils doivent se voir perdus pour pouvoir crier ‘Pitié !’ et n’échapperont pas au danger à moins qu’ils ne l’aient vu. (…) A.B. Earl était un évangéliste célèbre du siècle dernier. Il avait 150.000 convertis pour appuyer ses déclarations. Si vous n’avez pas écouté ces déclarations alors je le répète : Satan ne veut pas que vous écoutiez cela. Ecoutez attentivement : J’ai remarqué après une longue expérience (c’est le vrai test), que les sévères menaces de la loi de Dieu ont une place pré-éminente pour amener les gens à Christ. Ils doivent se voir perdus pour pouvoir crier ‘Pitié !’. Ils n’échapperont point au danger avant qu’il ne l’aient vu.

Voyez-vous, si vous essayez de sauver quelqu’un d’une noyade alors qu’il ne croit pas qu’il se noie, il ne sera pas vraiment content de vous. Vous vous rapprochez du lac, vous enlevez votre pantalon, vous sautez dans l’eau, vous nagez vers lui et vous essayez de le prendre par le bras… Mais il ne sera pas du tout content car il ne voit pas qu’il se noie. Il ne voudra pas être sauvé s’il ne voit pas le danger ! Il n’échappera pas au danger s’il ne l’a pas vu…

Imaginez-vous si vous veniez à moi et me dites : « Hé ! Ray, voici le traitement pour la maladie de ‘grovincize’. J’ai vendu ma maison pour réunir l’argent pour obtenir ce traitement. Je te le donne en cadeau ! » Je réagirai certainement de cette façon-là : « Quoi ? Tu as dit quoi ? La maladie de grovincize ? Et tu as vendu ta maison pour avoir ce traitement. Tu m’en fais cadeau gratuitement ? Pourquoi ??? (Silence) Merci beaucoup… » Je penserais que ce gars est fou !. Je réagirai comme cela. Si tu vends ta maison pour une maladie dont je n’ai jamais entendu parler et que tu m’offre gratuitement le traitement. Je penserais que tu es vraiment bizarre.

Mais si tu viens à moi et que tu me dis : « Ray, tu as la maladie grovincize ! Je peux voir les dix clairs symptômes sur ton corps ! Tu seras mort d’ici deux semaines ! » Et si je suis convaincu de la maladie de grovincize. Alors je me dis : « Ah ! Mais que puis-je faire ? » Alors tu me dis : « Voici le traitement, j’ai vendu ma maison pour réunir l’argent. Je t’en fais cadeau gratuitement. » Je ne vais pas mépriser ton sacrifice. Au contraire, je vais l’apprécier. Pourquoi ? Parce que j’ai vu la maladie et je vais ainsi apprécier le traitement.

Malheureusement, ce qui s’est passé aux Etats-Unis et dans les pays occidentaux, est ce qui suit : nous avons prêché le traitement avant d’avoir convaincu les gens de leur maladie.
Nous avons prêché l’évangile de grâce sans avoir d’abord prêché la loi pour montrer qu’ils l’ont transgressée. En conséquence, la plupart des gens à qui j’ai essayé de témoigner dans le sud de la Californie se disent des chrétiens ‘nés de nouveau’ 6 ou 7 fois ! On leur répète qu’ils doivent donner leur vie à Jésus, 2 fois, 3 fois, 15 fois, 20 fois, etc. On sait que ces gens ne sont pas des chrétiens. Ils sont fornicateurs, blasphémateurs, etc, mais ils croient qu’ils sont sauvés parce qu’on leur a dit qu’ils étaient ‘nés de nouveau’. Ils utilisent alors la grâce de Dieu pour satisfaire leur chair. Ils n’estiment pas le sacrifice. Pour eux ce n’est pas un mauvaise chose de parler du sang de Christ en vain. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont jamais été convaincus de leur maladie, afin qu’ils puissent apprécier le traitement.
Le vrai évangile biblique est toujours sans exception, la loi pour les orgueilleux et la grâce pour les humbles. Jamais vous ne verrez Jésus donner l’évangile, la croix, la bonne nouvelle, la grâce de Dieu à quelqu’un qui est arrogant, avec sa propre justice et son orgueil. Avec la loi, il brise le cœur dur et avec la Bonne Nouvelle il guérit le pécheur brisé. Il a toujours fait les choses qui plaisent à son Père. Dieu résiste aux orgueilleux mais Il donne sa grâce aux humbles (Jacques 4.6). Tous ceux qui sont orgueilleux de cœur, dit l’Ecriture, sont en abomination devant l’Eternel.
Jésus a dit dans Luc 4.18 : L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour guérir ceux qui ont le cœur brisé ; Pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libre les opprimés.
(…) Ce sont des énoncées spirituels. Le cœur brisé, celui qui est contrit par la conviction de péché. Le pauvre est le pauvre en esprit dont Jésus parle aussi en Matthieu 5.3. Les captifs sont ceux que satan tient prisonniers pour faire sa volonté. Les aveugles sont ceux que le Dieu de ce monde a aveuglés à moins que la lumière de l’évangile ne brille à travers eux. Seulement les malades ont besoin d’un médecin. C’est seulement ceux qui sont convaincus par la maladie qui vont apprécier la traitement appropriée.

Ainsi nous allons regarder brièvement des exemples où la loi est donnée aux orgueilleux et la grâce aux humbles.
Luc 10.25 : On peut voir un certain maître de la loi se lever pour éprouver Jésus. Ce n’est pas un simple juge mais quelqu’un qui professe être expert dans la loi de Dieu. Il s’est levé et a demandé à Jésus : Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? Qu’est-ce que Jésus a fait, il lui a donné la loi. Pourquoi ? Parce qu’il était orgueilleux arrogant, se justifiant lui-même.
Ici, nous avons un professant expert dans la loi éprouvant le Fils de Dieu. L’esprit de la question était : Mais que penses-tu que je dois faire en plus pour hériter de la vie éternelle (car je suis déjà une très bonne personne) ? Alors, Jésus lui donne la loi. A partir du verset 26 Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ? Il répond : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras. Mais ensuite les écritures nous disent : Mais le maître de la loi voulait justifier sa question. Il demanda donc à Jésus: Qui est mon prochain? (BFC) Une traduction anglaise (la Bible vivante anglaise) démontre d’une façon plus clair l’effet de la loi sur l’homme en traduisant : « L’homme voulant justifier son manque d’amour pour quelque sorte de personne demanda à Jésus : Qui est mon prochain ? »
Voyez-vous, en ce qui concerne les juifs, cela lui était égal mais il n’aimait pas les Samaritains. Jésus lui donna une histoire qu’on appelle communément « la parabole du bon samaritain ». Ce samaritain n’était pas bon du tout. Il aimait son voisin comme lui-même. Il obéissait à la demande basique de la loi de Dieu. L’effet de l’essence de la loi, la spiritualité de la loi, ce que la loi demande en vérité, fut que la bouche de cet homme fut stoppée. Vous voyez, il n’aimait pas son voisin à ce degré-là. La loi a été faite pour fermer toutes les bouches des orgueilleux et laisser le monde entier coupable devant Dieu. (Romains 3.19.)

De la même manière dans Luc 18 :18 : Un chef interrogea Jésus. Il dit : Bon Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? Comment la plupart d’entre nous réagirait si quelqu’un venait nous demander : Comment puis-je avoir la vie éternelle ? Nous dirions : « Oh ! Dis vite cette prière avant que tu ne changes d’avis ! ». Mais qu’est-ce Jésus fait avec ce convertit potentiel ? Il se tourne vers la loi. Il a cité cinq commandements horizontaux, des commandements en rapport avec son prochain (Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère.)

Le jeune homme riche répondit : Mais j’ai observé toutes ces choses durant ma jeunesse. Jésus lui dit : Il te manque encore une chose. Vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens et suis-moi. Il utilisa l’essence du premier des dix commandements : Je suis l’Eternel ton Dieu. Tu n’auras point d’autre Dieu devant ma face. Il montra à cet homme que son dieu était son argent. Tu ne peux servir Dieu et Mammon. La loi pour les orgueilleux.

Nous voyons la grâce donnée aux humbles dans le cas de Nicodème (Jean 3.) Nicodème était un dirigeant juif, enseignant en Israël, donc, il maîtrisait la loi de Dieu. Il était humble de cœur, car il vint à Jésus et reconnut la divinité du fils de Dieu : Nous savons que tu es un docteur venu de Dieu. Personne ne peut faire ces miracles que tu fais si Dieu n’est avec lui. Alors, Jésus a donné à cet honnête chercheur de la vérité avec un cœur humble et une connaissance du péché par la loi, la bonne nouvelle de l’amende payée pour lui. Jean 3:16 : Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique. Cela n’était pas de la folie pour Nicodème. Mais la puissance de Dieu pour son salut.

Cas similaire pour Nathanaël (Matthieu 1.45-49). Il était un Israélite élevé sous la loi, en action, pas juste en parole. Il n’y avait pas d’hypocrisie dans son cœur. Clairement, la loi était un maître d’école pour emmener ce juif pieux à Christ. Pareil pour les juifs au jour de la Pentecôte. (Actes 2.5) Ils étaient des juifs dévoués, des juifs pieux donc ils buvaient, mangeaient et transpiraient la loi de Dieu. La raison pour laquelle ils se réunissaient au jour de la Pentecôte était pour célébrer le don de la loi sur le mont Sinaï. Donc, quand Pierre s’est levé pour prêcher à ces juifs pieux, il n’a pas prêché la colère. Non, non ! La loi crée la colère et il le savait. Il ne leur a pas prêché la justice de Dieu ou le jugement mais il leur a partagé la bonne nouvelle de la dette déjà payée pour eux, Christ Crucifié. Voyez le résultat : Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché. Ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Frères que ferons-nous ? (Actes 2. 37) La loi était un maître d’école pour les amener à Christ pour qu’ils puissent être justifiés par la foi en son sang.

1 Timothée 1.8 : Nous savons bien que la loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime. La loi de Dieu est bonne si elle est utilisée légitimement. Mais pour qui et pourquoi la loi fut-elle faite ? Le verset suivant nous le dit (Nouveau testament – Parole Vivante) :
Il faut savoir avant tout qu’elle n’est pas faite pour les honnêtes gens (mais pour les pécheurs). Le juste, le croyant n’est pas régi par elle. Elle a été instituée pour ceux qui n’en veulent pas: pour les hommes sans foi ni loi, vivant sans règle ni frein, pour les rebelles, les gens qui méprisent Dieu et les pécheurs, pour les gens sans respect ni scrupule à l’égard de ce qui est sacré, qui tueraient père et mère, les assassins, pour les débauchés, les pervers, les homosexuels, les marchands d’esclaves, les menteurs, les gens sans parole et, d’une manière générale, elle est là pour s’opposer à tout comportement contraire au bon ordre et à la doctrine menant au salut.
Ainsi, si vous voulez amener un homosexuel à Christ, ne rentrez pas dans un argument au sujet de sa perversion. Il est prêt pour vous avec ses gants de boxe ! Donnez-lui les dix commandements. Il se rendra compte qu’en dehors de sa perversion sexuelle il a offensé Dieu de 10 autres manières. La loi a été faite pour les homosexuels ! Si vous voulez amener un juif à Christ, étalez le chemin du Seigneur devant lui. Préparez son cœur pour la grâce comme c’est arrivé au jour de la Pentecôte. Si vous voulez amener un musulman à Christ, donnez-lui la loi de Moïse, ils acceptent Moïse comme étant prophète. Donnez-lui la loi de Moïse et dépouillez-les de leurs propres justices et amenez les aux pieds de la croix et du sang de Jésus !
Pensez à la femme prise dans l’acte d’adultère (Jean 8) – violation du septième commandement. La loi demandait son sang. Elle s’est retrouvée dans une situation très difficile prête à être lapidée. Elle n’avait aucune issue de sortie que de se jeter au pied du Fils de Dieu pour obtenir miséricorde. Cela était la fonction de la loi de Dieu. Paul parle de la loi qui condamne ! Peut-être me diriez-vous, vous ne pouvez condamner les pécheurs car ils sont déjà condamnés. Jean 3.18 : Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Ce que la loi fait c’est de montrer la personne dans son vrai état.
Par exemple : votre table a de la poussière dans le salon. Vous la nettoyez avec un chiffon. Puis le lendemain vous ouvrez les rideaux. Le soleil brille sur la table. Qu’est-ce vous voyez ? De la poussière. Et dans l’air ? De la poussière. La lumière n’a pas créé la poussière. Mais elle l’a exposée. Quand nous prenons le temps de faire briller la lumière de la loi de Dieu sur le cœur du pécheur, la seule chose qui se passe, est qu’il se verra dans son vrai état. Proverbes 6.23 : Car le commandement est une lampe, L’enseignement une lumière. C’est pourquoi Paul disait en Romains 3.20 : par la loi vient la connaissance du péché. C’est pourquoi, il dit aussi en Romains 5.20 : Quant à la Loi, elle est intervenue pour que le péché prolifère. Mais là où le péché a proliféré, la grâce a surabondé. En d’autres termes la loi lui a montré le péché dans sa vraie nature.

Je vais vous montrer comment je témoigne en utilisant ce principe et vous en tirerez profit en l’appliquant vous-même. Je crois vraiment qu’il faut suivre les pas de Jésus. Jamais, jamais, je ne m’approche de quelqu’un en commençant par dire: « Jésus t’aime. » C’est totalement non biblique. Il n’y aucun précédent pour cela dans les Ecritures. Non plus que j’aille vers quelqu’un pour lui dire : « Je voudrais te parler de Jésus Christ. » Pourquoi ? Parce que si je veux vous réveiller d’un profond sommeil, je n’enverrais pas un rayon laser dans vos yeux. Cela vous ferait sursauter. J’augmente la lumière petit à petit. Premièrement, le naturel puis le spirituel. Pourquoi ? Parce que : L’homme qui ne compte que sur ses facultés naturelles est incapable d’accueillir les vérités communiquées par l’Esprit de Dieu: elles sont une folie pour lui; il lui est impossible de les comprendre, car on ne peut en juger que par l’Esprit. (1 Corinthiens 2:14 BFC.)

Un précédent dans les Ecritures est donné dans le témoignage personnel dans Jean 4. On peut le voir dans l’exemple de Jésus. Avec la femme du puits, Jésus commence au niveau naturel (il demande un verre d’eau) puis il bascule dans le spirituel (il dit qu’il peut donner de l’eau vive) ce qui éveille l’intérêt de la femme. Il apporte ensuite la conviction de péché en utilisant le 7ème commandement (verset 18), puis seulement se révèle enfin comme étant le messie (verset 26).

Quand je rencontre quelqu’un, je parle du temps, du sport, je le laisse ressentir un peu de mondanité, j’essaie de le connaître. Peut-être une blague par-ci, par-là. Je peux parler des principaux évènements de l’actualité, etc. Puis, je bascule délibérément du naturel au spirituel. Je le fais en utilisant des tracts d’évangélisation ou en posant de bonnes questions (i.e. ‘Si les gens obéissaient aux 10 commandements, il n’y aurait pas autant de problèmes… avez-vous gardé les 10 commandements ?’ ou alors ‘Avez-vous un arrière plan Chrétien ?’ ou mentionnez une personne qui va venir parler à votre église). J’utilise souvent une pièce de monnaie pressée avec les dix commandements dessus. (…) Je l’offre comme cadeau.
En général, la personne demande :
- Qu’est-ce que c’est ?
- Une pièce où sont gravés les dix commandements.
- Cool ! Les dix commandements, j’apprécie beaucoup.
Et, la réaction de la personne m’aide à voir si elle est ouverte ou non.
Puis, je lui demande :
- Est-ce que tu les as gardés les dix commandements ?
La réponse est souvent :
- Oui, je m’en tire pas mal.
Puis, je dis :
- Allons à travers de chacun d’eux.
- As-tu déjà dit un mensonge ?
- Un mensonge ? Comme tout le monde, un ou d’eux.
- Qu’est-ce que cela fait de toi ?
- Un pécheur sûrement !
- Plus spécifiquement. Qu’est-ce que cela fait de toi ?
- Non ! Monsieur, je ne suis quand même pas un menteur !
Alors, je lui dis :
- Combien de mensonge dois-tu dire pour être un menteur ? Dix, cinquante, mille ?
- Est-ce vrai qu’il suffit d’un mensonge pour être un menteur ?
- Oui ! Je crois que tu dis vrai… (NDT : Pour un développement plus détaillé de chacun des commandements, avec des exemples précis, visitez le site www.10c.org)
- As-tu déjà volé quelque chose ?
Il répond :
- Non !
- Allons ! Tu viens juste de m’admettre que tu es un menteur.
- As-tu déjà volé quelque chose ? Même pas une toute petite chose comme un stylo de bureau ?
Il répond :
- Ouais….
- Qu’est-ce que cela fais de toi ?
- (Tête baissée)… Un voleur…
- Jésus a dit : Si tu regardes une femme pour la convoiter, tu as commis un adultère dans ton cœur. Est-ce que tu as déjà fais cela ?
- Euh, oui, une infinité de fois…
- De ton propre aveu, tu es un menteur, un voleur, un adultère dans ton cœur… Tu vas faire face à Dieu au jugement dernier ! Et nous n’avons regardé que trois des dix commandements ! As-tu déjà utilisé le nom de Dieu en vain, d’une manière inutile ou abusive ?
- Oui, oui et je vais essayer d’arrêter.
- Tu sais ce que cela veut dire ? Au lieu d’utiliser un mot de cinq lettres commençant par un P et finissant par un N (pour exprimer le dégoût, la peine ou la surprise), tu utilises le nom de Dieu à la place. C’est du blasphème. La bible dit qu’au jour du jugement, nous aurons à répondre de chaque parole proférée et que la loi n’épargnera pas celui qui prend le nom de Dieu en vain.
- La bible dit que si tu hais quelqu’un, tu es un meurtrier.
Il nous est commandé « d’aimer l’Eternel, notre Dieu, de tout notre coeur, de toute notre âme et de toute notre force » et d’aimer notre prochain plus que nous-même. Toute notre vie ressemble à une vie de haine, comparée à la vie sacrifiée de Christ pour nos péchés. Et le premier commandement dit : Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face ; tu ne te feras point d’image taillée..
Si quelqu’un vous dit : « mon Dieu n’est pas un dieu de colère et de jugement mais un dieu d’amour et de compassion ; il ne peut pas avoir créé l’enfer.», êtes-vous d’accord avec lui ? Vous pouvez lui dire : « tu as raison, ton dieu n’a pas pu créer l’enfer car il n’existe pas, c’est le produit de ton imagination. Tu es ainsi un idolâtre et les idolâtres vont en enfer ! »
Maintenant, la chose merveilleuse au sujet de la loi de Dieu, est que Dieu a prit le temps de les écrire dans nos cœurs
Romain 2.15 : Ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs ; leur conscience en rend témoignage ; et leurs raisonnements les accusent ou les défendent tour à tour.
Conscience veut dire avec connaissance :
Con : préfixe signifiant avec.
Science : veut dire connaissance.
Conscience veut dire avec connaissance.
Donc, quand on ment, vole, convoite, blasphème, haït, etc. on le fait avec la connaissance que c’est mauvais.

Dieu a donné une lumière à tout homme. Le Saint-Esprit le convint de péché, de justice et de jugement (Jean 16.8). Péché qui est la transgression de la loi, justice qui vient de la loi, jugement qui est par la loi. Sa conscience l’accuse. L’œuvre de la loi est écrite dans son cœur. Et la loi le condamne.

Et je lui dis : Si Dieu te juge par ses standards, seras-tu innocent ou coupable ? Il dit : « Coupable ! » Iras-tu au paradis ou en enfer ? La réponse habituelle est : « Au paradis !» Produit de l’évangélisation moderne.
Alors, je lui dis : « Pourquoi penses-tu ainsi ? Penses-tu que parce que Dieu est bon, il va fermer les yeux sur tes péchés ? » « Oui, oui, c’est cela ! » Répond il ! Alors, je lui dis : « Essaie cela dans une cour de justice, tu as commis des viols, des meurtres, dealer de la drogue et plusieurs autres crimes. » Le juge dit : « Coupable ! Toutes les preuves sont là. As-tu quelque chose à dire avant que je ne passe à la sentence ? » Et là tu dis : « Oui, oui, Juge. Je crois que vous êtes un homme bon et que vous allez fermer les yeux sur mes crimes. » Le Juge répondra sûrement : « Tu dis vrai au sujet d’une chose, je suis un homme bon et c’est à cause de ma bonté que je vais m’assurer que ma justice sera faite. A cause de ma bonté, je vais m’assurer que tu sois punis. »

La chose essentielle, que les pécheurs espérent qui va les sauver au jour du jugement, c’est ‘la bonté de Dieu’ mais cera sera cette chose même qui va les condamner. Parce que Dieu est bon, il doit par nature punir les meurtriers, les voleurs, les violeurs, les menteurs, les fornicateurs, les blasphémateurs. Dieu va punir le péché partout où il se trouve.

Donc, avec cette connaissance, il est maintenant capable de comprendre. Par la lumière de la loi, il voit que le péché est premièrement vertical et qu’il a péché contre Dieu. Il a violé la loi de Dieu. Il a irrité Dieu. La colère de Dieu demeure sur lui. Il peut maintenant voir son poids dans la balance de la justice éternelle et se retrouver penchant du mauvais côté. Il comprend maintenant le besoin d’un sacrifice.

Galates 3.13 BFC : Le Christ, en devenant objet de malédiction à notre place, nous a délivrés de la malédiction de la loi.
Romain 5.8 : Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous.

Nous avons violé la loi, il a payé la rançon. C’est aussi simple que cela. Si un homme ou une femme se repent et met sa foi en Jésus, Dieu va remettre leur péché et au jour du jugement quand leur cas arrivera à la cour il pourra dire : « Ton dossier est fermé pour manque de preuve. »
Mais, à présent, le Christ nous a affranchis de l’esclavage du régime légal. Il a payé cher notre liberté, car il a pris sur lui la malédiction divine. (Galates 3.13 ; Parole vivante)

Le pécheur exerce ainsi la repentance envers Dieu, la foi envers le Seigneur Jésus Christ, il mettra sa main à la charrue et il ne regardera jamais en arrière car il est utilisable pour le royaume de Dieu. La terre de son cœur a été retournée pour que ce cœur puisse recevoir la parole implantée pour sauver son âme.

Le célèbre traducteur biblique John Wycliffe a dit : Le plus grand des ministères que l’homme puisse atteindre sur terre est de prêcher la loi de Dieu. Pourquoi ? Parce cela va attirer les pécheurs pour une foi au Sauveur jusqu’à la vie éternelle. Martin Luther a dit : Si nous n’utilisons pas la loi dans la proclamation de l’Evangile, nous allons remplir l’église de faux convertis. Ils reçoivent la parole sur un sol rocailleux, ils la reçoivent d’abord avec joie.
Il a aussi dit : Est-ce Satan, le Dieu de toutes les divisions, qui établit chaque jour des nouvelles sectes ? La dernière de toutes, qui avec vous je n’aurai jamais pu suspecter, il établit des sectes qui enseignent que l’homme ne devrait pas être terrifié par la loi, mais doucement exhorté par la prédication de la grâce de Christ. Donc, qu’est-ce que Luther a dit : Il dit qu’il y a des sectes démoniaques, sataniques qui s’établissent et qui ont retiré la loi et ne prêchent plus que la grâce de Dieu. Ce qui résume parfaitement la plupart des évangélisations d’aujourd’hui.

Le fameux John Wesley a dit à un ami : Prêche 90 % la loi et 10 % la grâce. 90 % la loi et 10 % la grâce ? C’est plutôt lourd ! Pourquoi pas 50, 50 ? Prenez-le comme cela. Je suis un docteur. Tu es un patient. Assieds-toi. ; j’ai de graves nouvelles pour toi. Tu as une maladie terminale. J’ai un traitement. Il est absolument essentiel que tu t’engages dans ce traitement. Si tu n’es pas engagé à 100 pour 100, cela ne marchera pas. Par exemple, je montre les diagrammes de la maladie, les rayons X qui dévoilent le poison qui se propage dans le corps. Le patient tremblera et suera. Si je passe 10 longues minutes à décrire la terrible maladie, combien de temps me faudrat-il passer pour lui parler du traitement ? Pas longtemps…Je dirais : « Au fait, voilà le traitement. » Le patient va se jeter dessus et l’avaler rapidement. La connaissance de la maladie et de ses conséquences horrifiques lui a fait désirer le traitement.

Vous voyez, quand j’étais un enfant, j’avais autant de désir pour la droiture, la justice divine qu’un enfant de quatre ans qui apprend le mot bain. Voyez, Jésus a dit dans Matthieu 5.6 BFC : Heureux ceux qui ont faim et soif de vivre comme Dieu le demande, car Dieu exaucera leur désir !

Combien de non-chrétiens connaissez-vous qui ont faim et soif de justice, de vivre comme Dieu le demande ? La Bible dit qu’aucun ne cherche après Dieu (Romains 3.11.) Ils adorent les ténèbres et ne viennent point à la lumière de peur que leurs œuvres soient dévoilées (Jean 3.19.) La seule chose qu’ils boivent est l’iniquité, tout comme ils boivent l’eau. Mais la nuit où je fus confronté par la spiritualité de la loi de Dieu et compris que Dieu demande la vérité dans les parties intérieures du cœur, qu’il voyait mes pensées et qu’il considérait la convoitise comme l’adultère, la haine comme le meurtre, j’ai commencé à dire, je peux voir, je suis condamné. Que dois-je faire pour devenir juste ? Je commençais à avoir soif de justice. La loi a mis du sel sur ma langue et a agit comme un maître d’école pour m’amener à Christ.

Charles Spurgeon a dit : Ils n’accepteront jamais la grâce à moins qu’ils ne tremblent devant une juste et sainte loi. Charles Finney a dit que la loi devait préparer le monde à la Bonne Nouvelle. Négliger cette instruction revient à créer un faux espoir dans l’expérience Chrétienne et à remplir l’Eglise de faux-convertis.

Quand David Wilkerson m’a appelé, il m’a dit qu’il espérait qu’il n’était pas le seul à ne pas croire au suivi. Non, je crois en nourrir le nouveau converti et le faire devenir un disciple. Mais je ne crois pas dans le suivi, je ne trouve pas ceci dans les écritures. L’Ethiopien dans actes fut laissé sans suivi. Oh ! Comment a-t-il pu survivre vous dites-vous peut-être ? La seule chose qu’il avait était Dieu et la Bible.

Laissez moi vous expliquer ce qu’est le suivi. Quand on obtient des décisions pour Christ, dans une église locale ou des croisades, on prend des travailleurs de la moisson, aussi peu soient-ils, et on leur donne cette dure tâche de courir après ces décisions pour être sûr qu’ils continuent avec Dieu. Mais qu’est-ce que cela démont

Auteur : Ray Comfort
Source : http://www.levangelisation.com/

Commentaires

  1. koupit serges a écrit:

    vraimment j’ai lu votre article et il est tres edifiant .En fait depuis un certaint temps je n’avais plus envie d’aller a l’eglise et je ne cernait pas ce qui engendrait en moi ce desinteressement,tout ce dont vous dites dans votre article est textuellement ce que l’on nous repete a chaque dans nos eglise ici en afrique et particulierement au cameroun mon pays a savoir nous aurons la joie etc…je vous remercie sincerment car je trouve en fait le sujet de mes hesitations.j’avais decide de rester chez moi de ne plus allez a l’eglise mais de toujours veiller a ma relation avec notre seigneur.je voudrai encore plus de conseils.
    merci

  2. Amen mon frere Demande a Jésus de te fortifier prend un temp avec lui dans la priere en fait c`est normal que nous soyont épuiser dans notre course chrétienne Mais Dieu est fidele et il va te relevez mon ami.

    Que Dieu te bénisse Serge.

    Le webmaster.

  3. koffi a écrit:

    je crois que cette evangelisation moderne est un moyen tres subtil que le diable a trouvé pour empecher les hommes de se convertir en utilisant meme les hommes de Dieu qui ne sondent pas reellement la parole de Dieu.Que Dieu vous benisse vous pour cette revelation que vous venez de partager avec moi et qu’il s’eclaire avantage.

  4. koffi a écrit:

    je suis contente d’avoir trouvé un tel message qui revele l’erreur dans laquelle se trouve notre église aujourd’hui cette evangelisation moderne decoule de l’evangile de prospérité qui n’est pas biblique je comprends clairement que pas ce message que CHRIST nous appelle à une qualité de vie et non à un style de vie

  5. BLOUTCHI a écrit:

    Il est temps pour que l’Eglise prêche la sainte doctrine en ayant pour méthode des méthodes biblique d’évangélisation. Merci!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :